15 juillet 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Valeurs     Jeux   

28 janvier 2020

Le déclin du Parti social-démocrate : le cas de la Roumanie


Stéphanie Charbonneau
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

juillet
2012
Tenue d’un référendum révocatoire en Roumanie

juin
2009
Début des élections législatives au Parlement européen

janvier
2007
Entrée de la Bulgarie et de la Roumanie dans l'Union européenne

septembre
2006
Ouverture du onzième Sommet de la Francophonie

décembre
1989
Exécution du président roumain Nicolae Ceausescu

août
1975
Signature à Helsinki d'un accord sur la sécurité en Europe

décembre
1967
Accession au pouvoir de Nicolae Ceausescu en Roumanie

mai
1955
Signature du pacte de Varsovie

octobre
1947
Annonce de la fondation du Kominform

Le déclin du Parti social-démocrate : le cas de la Roumanie Après la Seconde Guerre mondiale, la politique en Roumanie est dominée par le Parti communiste. Cette domination prend fin en 1989 avec l'implantation d'une démocratie multipartite (1). Dès lors, le Parti social-démocrate (PSD) occupe une grande place dans la politique roumaine jusqu'à tout récemment, alors que le vent semble tourner en faveur des libéraux.

Les résultats de la dernière élection présidentielle roumaine en novembre 2019 sont sans équivoque; Klaus Iohannis du Parti national libéral (PNL) a été élu pour un second mandat, ce qui entraine, par le fait même, la défaite de Viorica Dancila du PSD. Déjà après le premier tour, Iohannis obtenait près de 37 % des votes, alors que Dancila en récoltait 23 % (2).

Concernant les résultats du deuxième tour, Iohannis l'emporte haut la main avec 63 % des voix, alors que sa rivale n'obtient que 37 %, une défaite historique pour son parti (3). C'est donc un président de centre droit qui promeut la liberté sociale, économique et politique qui dirige présentement la Roumanie. En conséquence, la candidate défaite représentait un parti de centre gauche qui encourage un rôle plus accru de l'État dans la société (4).

Plusieurs enjeux importants ont donné la victoire à Iohannis. En effet, à cause du fait que l'ancien chef du PSD, Liviu Dragnea, avait été accusé de détournement de fonds publics en 2017, la corruption est vite devenue un enjeu majeur dans la récente campagne (5).

De plus, Iohannis misait davantage sur une politique pro-européenne. Quant à elle, la chef du PSD a fait abstraction des trois millions de Roumains partis se chercher du travail partout à travers l'Europe en proposant des politiques qui mettent davantage l'accent sur la souveraineté du pays. Ces deux enjeux principaux ont coûté la victoire au PSD (6).

Toutefois, les résultats de l'élection présidentielle roumaine vont à l'opposé de ceux des élections européennes au printemps 2019. Nonobstant les autres pays d'Europe, les résultats obtenus en Roumanie le 26 mai dernier démontrent que les conservateurs sont en tête avec 12 sièges sur 32, suivis de près par les sociaux-démocrates (10 sièges) et par les centristes libéraux (8 sièges) (7).

Malgré cette contradiction, l'élection présidentielle en Roumanie place le PSD loin derrière les libéraux (8). Un résultat aussi bas constitue un précédent. Assiste-t-on alors au début de la fin pour le PSD roumain?




Références:

1. Perspective monde, Roumanie, 16 juillet 2019, URL http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/pays/ROM/fr.html, consulté le 25/01/2020

2. Bran, Mirel, En Roumanie, le libéral Klaus Iohannis en tête du premier tour de la présidentielle, Le Monde, 10 novembre 2019, URL https://www.lemonde.fr/international/article/2019/... consulté le 24/01/2020

3. Chastand, Jean-Baptiste et Mirel Bran, Roumanie : défaite historique de la gauche à l'élection présidentielle, Le Monde, 25 novembre 2019, URL https://www.lemonde.fr/international/article/2019/... consulté le 24/01/2020

4. Perspective monde, Brève présentation des principaux partis – Roumanie, 16 juillet 2019, URL http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BM... consulté le 24/01/2020

5. Chastand, Jean-Baptiste et Mirel Bran, op. cit.

6. Ibid

7. Kantar, Élections européennes 2019 : les résultats en sièges, pays par pays, et la future composition du Parlement, Le Monde, 29 mai 2019, URL https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2019/... consulté le 24/01/2020

8. Chastand, Jean-Baptiste et Mirel Bran, op. cit.

Dernière modification: 2020-02-03 07:54:34

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019