10 juillet 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Valeurs     Jeux   

28 janvier 2020

Santiago, capitale au cœur du smog


Meghan Vallières
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

octobre
2019
Manifestations d’envergure contre le gouvernement au Chili

décembre
2013
Élection de Michelle Bachelet à la présidence du Chili

octobre
2010
Sauvetage de 33 mineurs au Chili

janvier
2010
Élection de Sebastian Pinera à la présidence du Chili

janvier
2006
Élection de Michelle Bachelet à la présidence du Chili

juin
1991
Tenue du Sommet de l'Organisation des États américains à Santiago

octobre
1988
Référendum défavorable au président chilien Augusto Pinochet

août
1980
Signature du traité de Montevideo entre les pays de l'Alalc

septembre
1976
Assassinat de l'ex-ministre chilien Orlando Letelier

novembre
1975
Déclenchement de l'opération Condor

septembre
1974
Assassinat du général chilien Carlos Prats

septembre
1973
Renversement du gouvernement de Salvador Allende au Chili

novembre
1970
Accession de Salvador Allende à la présidence du Chili

octobre
1970
Assassinat du général chilien René Schneider

mai
1969
Création du Pacte andin

octobre
1965
Création du Mouvement de la gauche révolutionnaire (MIR) au Chili

février
1960
Signature du traité de Montevideo créant l'Association de libre-échange de l'Amérique latine

décembre
1959
Création de la Banque interaméricaine de développement

décembre
1959
Signature d'un traité international protégeant l'Antarctique

En juin 2015, le gouvernement chilien déclare l'état d'urgence climatique en raison des hauts taux de pollution enregistrés au pays. La mesure exceptionnelle illustre l'importance de la dégradation atmosphérique qui ravage plusieurs villes chiliennes, telles que Santiago. La capitale ferma momentanément plusieurs services afin de faciliter un retour à la normale. À ce moment, le gouvernement enregistrait des taux record de pollution dont le niveau dépasse 500 particules fines dans l'air (1). Le cas de 2015 n'est pas unique puisque la pollution prend toujours différentes formes au pays et nécessite des changements urgents.

La vallée du smog

Plusieurs raisons expliquent ces statistiques alarmantes, mais le principal problème réside dans la situation géographique du Chili. En effet, Santiago se situe dans une vallée au cœur de la cordillère des Andes, ce qui nuit au mouvement de l'air et garde les polluants au niveau des villes (2). En hiver, la situation devient dangereuse puisque le vent et la pluie sont rares et ne permettent pas de diminuer la pollution dans l'air (3).

Les manifestations sont nombreuses puisque lorsqu'on compare Santiago aux autres centres d'Amérique du Sud, ce cas demeure le plus inquiétant. En effet, le rapport de 2018 publié par Greenpeace et Air Visual souligne que le Chili compte 34 des 46 villes les plus polluées en Amérique du Sud (4).

L'utilisation d'énergies polluantes ne fait qu'accélérer le processus de dégradation de l'air. Selon un rapport du ministère de l'Environnement chilien, l'utilisation du bois comme combustible pour alimenter les foyers serait une des causes importantes de la production de particules fines dans l'air (5). En outre, le cas de 2015 est largement expliqué par l'utilisation de combustible fossile dans la ville de Santiago, ce qui n'a fait qu'aggraver la situation déjà alarmante (6). En fait, en 2014 les combustibles insalubres étaient la cause de 94 % des polluants atmosphériques dans certaines villes chiliennes (7). En plus, les coûts reliés aux énergies plus vertes expliquent l'absence de changement. Enfin, le Chili se retrouve en première place des pays les plus pollués d'Amérique du Sud dans le rapport de 2018 de l'Organisation mondiale de la santé (8).

Un gouvernement proactif

Selon Greenpeace, l'impact sur la santé de la population est très négatif. En effet, les particules fines, dites «PM 2.5», peuvent être respirées par les humains et deviennent donc nocives en trop grande quantité. Ecologists in Action, un groupe pro-environnement, souligne que les particules respirées augmentent largement le taux de mortalité et le développement de l'asthme chez les enfants (9). En 2014, un rapport onusien quantifie le coût que représente la pollution à 670 millions de dollars pour le milieu de la santé au Chili (10).

Plusieurs solutions s'offrent pour le pays et le tournant vers des méthodes plus écoresponsables est engagé depuis plusieurs années. Dans un premier temps, une gestion des voitures circulant dans la ville fut mise en place dès les années 90. En fait, on contrôle l'émission de polluants en limitant l'accès à tous les véhicules, et ce, par alternance en fonction des numéros des plaques d'immatriculation. En 2005, l'Organisation de coopération et de développement économiques mentionne que ce système permet de réduire le nombre de voitures de 20 % (11). L'ajout de moyens de transport public tels que le métro diminue également le nombre d'usagers de la route qui utilisent leurs voitures. Le métro a permis de déplacer près de 800 000 personnes en 2005 (12).

Dans un second temps, les réglementations en matière de combustible pour chauffer les maisons des Chiliens sont plus récentes. En 2014, le gouvernement permet à près de 200 000 ménages de changer leur moyen d'alimentation en les remplaçant par des énergies plus vertes. En 2017, les résultats de ces changements s'avèrent positifs alors que les épisodes de pollutions extrêmes entre le mois d'avril et de juin ont diminué de 45 % par rapport à l'année précédente (13).

Finalement, bien que la situation chilienne soit inquiétante en comparaison avec les autres pays d'Amérique du Sud, il semble que le développement de nouvelles technologies pourrait aider la population et l'environnement. L'émergence de nouvelles solutions permet au pays d'avoir espoir en l'avenir.




Références:

1. Agence France-Presse, «La capitale du Chili affectée par un pic de pollution», La Presse, 22 juin 2015, URL https://www.lapresse.ca/international/amerique-lat... consulté le 2020/01/23

2. Ibid.

3. UN envrionment, « Chile takes action on air pollution », 21 août 2017, URL https://ccacoalition.org/en/blog/chile-takes-actio... consulté le 2020/01/23

4. Telesur, «Chile takes action on air pollution», TeleSUR, 6 mars 2019, URL https://www.telesurenglish.net/news/Chiles-Cities-... consulté le 2020/01/23

5. UN envrionment, op. cit.

6. Laborde, Thomas, «Chili.Pollution : Santiago en état d'urgence environnementale», Courrier international, 22 juin 2015, URL https://www.courrierinternational.com/article/chil... consulté le 2020/01/23

7. UN envrionment, op. cit.

8. Agence marocaine de presse, « Le Chili arrive en tête des pays d'Amérique latine enregistrant les plus hauts niveaux de pollution (OMS)», MAP, 8 mai 2018, URLhttp://mapecology.ma/actualites/chili-arrive-te... consulté le 2020/01/23

9. Telesur, op. cit.

10. UN envrionment, op. cit.

11. OCDE, Examens environnementaux de l'OCDE : Chili 2005, Éditions OCDE, 2005, 53, DOI https://doi.org/10.1787/19900112, consulté le 2020/01/26

12. Ibid.

13. UN envrionment, op. cit.

Dernière modification: 2020-02-03 07:57:40

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019