22 octobre 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Valeurs     Jeux   

4 novembre 2007

Cristina Kirchner élue présidente au pays du tango


Sabrina Bossé
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

octobre
2019
Élection d’Alberto Fernandez à la présidence de l’Argentine

août
2018
Rejet de la décriminalisation de l’avortement par un vote du Sénat argentin

novembre
2015
Élection de Mauricio Macri à la présidence de l'Argentine

octobre
2011
Réélection de Cristina Kirchner à la présidence de l'Argentine

octobre
2007
Élection de Cristina Kirchner à la présidence de l'Argentine

avril
2003
Élection de Nestor Kirchner à la présidence de l'Argentine

décembre
2001
Démission du président argentin Fernando de la Rua

juin
2001
Arrestation de l'ex-président argentin Carlos Menem

octobre
1999
Élection de Fernando de la Rua à la présidence de l'Argentine

mai
1995
Réélection de Carlos Menem à la présidence de l'Argentine

août
1994
Révision de la Constitution argentine

mars
1992
Attentat contre l'ambassade d'Israël en Argentine

mars
1991
Signature du traité menant à la création du Mercosur

mai
1989
Élection de Carlos Menem à la présidence de l'Argentine

octobre
1983
Premières élections libres après la dictature militaire en Argentine

avril
1982
Invasion des îles Malouines/Falkland par l'Argentine

août
1980
Signature du traité de Montevideo entre les pays de l'Alalc

avril
1977
Première marche des mères de la Plaza de Mayo en Argentine

mars
1976
Renversement de la présidente Isabel Peron en Argentine

Un an après l'élection de la socialiste Michelle Bachelet au Chili, voilà que les Argentins ont arrêté leur choix, le 28 octobre 2007, sur la Première dame du pays, Cristina Fernandez de Kirchner. Avec quelque 45% des voix, elle devient la première femme présidente d'Argentine, devançant par plus de vingt points sa plus proche rivale, Elisa Carrio. C'est le 10 décembre 2007 que Cristina Kirchner entrera officiellement en fonction, recevant le témoin de la main de son mari, le président sortant Nestor Kirchner(1).

À saveur économique, la campagne présidentielle est loin d'avoir suscité un engouement dans la population, surtout après que plusieurs analystes argentins aient prédit la victoire de Mme Kirchner dès le premier tour de scrutin (2). D'entrée de jeu, Cristina bénéficie d'un atout important : la popularité de son mari. Le politologue Rosendo Fraga estime que « la raison de son grand succès, c'est [que Cristina] s'appuie sur le bilan très positif de son mari» (3). En quatre ans de présidence, Nestor Kirchner a réussi à sortir le pays de l'impasse économique en réduisant la pauvreté de moitié et en restaurant l'autorité de l'État.

La «Reine» Cristina

Avec son slogan « Le changement est dans la continuité», Cristina a, d'une part, séduit l'électorat de la classe ouvrière et, d'autre part, rassuré les Argentins satisfaits du bilan de son époux (4). La «Hillary Clinton» argentine entend poursuivre les progrès entamés par Nestor Kirchner et redonner la dignité aux Argentins, encore lourdement affectés par la crise économique de 2001.

Âgée de 54 ans, la nouvelle présidente est loin d'en être à ses premières armes. Dès 1989, elle se lance en politique sous la bannière péroniste, bâtissant sa carrière parallèlement à celle de son mari. Cette avocate de formation est élue à plusieurs reprises comme parlementaire et se distingue par son arrogance, son franc-parler et sa coquetterie. Celle pour qui le goût des vêtements de luxe et du maquillage n'est plus un secret, porte le surnom évocateur de «Reine» Cristina. Selon le journaliste Olivier Ubertalli, la nouvelle présidente «conjugue en effet un longue expérience du pouvoir et une féminité totalement assumée» (5).

De monsieur à madame Kirchner

L'élection d'une femme à la présidence d'un pays imprégné par le machisme, suggère un vent de changement. Cependant, plusieurs analystes prétendent que l'élection de Cristina Kirchner s'inscrit plutôt dans la prolongation des politiques nationales entreprises par son prédécesseur. Comme le souligne Rosendo Fraga, «il y aura un changement de style mais pas de fond» (6). Les réussites dans la lutte aux inégalités font en sorte que «le modèle de pays inauguré par Nestor Kirchner changera très peu avec l'arrivée de son épouse au pouvoir. Il n'y aura pas de mesure choc» assure le politologue argentin (7). La journaliste Angéline Montoya abonde dans le même sens, prétendant que Cristina «veut se démarquer de son mari dans les formes, mais certainement pas dans sa politique. [...] Elle incarne la continuité de Nestor Kirchner» (8).

Malgré une utilisation frappante du «nous» lors de ses discours, Cristina se distingue de son mari sur le plan international. En campagne présidentielle, elle a multiplié les voyages à l'étranger, ce qui lui a permis de rencontrer notamment les présidents George W. Bush et Nicolas Sarkozy. «Elle se pliera mieux que lui [Nestor] aux règles de la diplomatie internationale» avance Rosendo Fraga (9). Elle souhaite d'ailleurs créer une ouverture prononcée vers l'Europe et entretenir des relations de bon voisinage avec les pays d'Amérique du Sud. De plus, l'élection d'Hillary Clinton à la présidence des États-Unis permettrait sans doute un rapprochement diplomatique significatif avec ce pays, compte tenu de l'amitié qu'entretiennent les deux femmes (10).




Références:

(1) AFP. Cristina Fernandez élue présidente argentine. [En ligne],http://www.cyberpresse.ca /article/20071028/CPMONDE/71028073/1030/CPMONDE, (page consultée le 2 novembre 2007).

(2) AFP. «De monsieur à madame Kirchner». Le Devoir, lundi 29 octobre 2007, p.B1.

(3) GUILLAUME, Mathilde. «La nouvelle présidente dans les pas d'Evita Peron». Le Soir, mardi 30 octobre 2007, p.12.

(4) BIGO, Antoine. «La continuité Kirchner séduit les Argentins». Le Temps, mardi 30 octobre 2007, no 3008.

(5) UBERTALLI, Olivier. «Le pouvoir au féminin nargue le machisme latino». La Presse, 31 octobre 2007, p.A20.

(6) LEGRAND, Christine. «Cristina Kirchner élue à la présidence de l'Argentine», Le Monde, mardi 30 octobre 2007, p.6.

(7) BIGO, Antoine. Op. cit.

(8) MONTOYA Angéline. «L'Argentine offre la victoire à Cristina Fernandez de Kirchner». La Croix, no. 37890, mardi 30 octobre 2007, p. 9.

(9) GUILLAUME, Mathilde. Op cit.

(10) Ibid.

Dernière modification: 2007-11-09 07:57:45

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019