25 septembre 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Valeurs     Jeux   

3 février 2008

Une figure de la ségrégation raciale en Afrique est morte


Simon Letendre
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

juillet
2018
Élection d’Emmerson Mnangagwa à la présidence du Zimbabwe

novembre
2017
Démission du président du Zimbabwe, Robert Mugabe

mai
2008
Explosion inflationniste au Zimbabwe

mars
2008
Tenue d'élections législatives et présidentielle au Zimbabwe

avril
1980
Proclamation de l'indépendance du Zimbabwe

novembre
1965
Proclamation unilatérale d’indépendance de la Rhodésie

octobre
1953
Entrée en vigueur de la Fédération d'Afrique centrale

« Je ne crois pas à une majorité gouvernante noire en Rhodésie, même pas dans un millier d'années ! » (1), avait déclaré Ian Smith lorsqu'il était le premier ministre de ce pays. Décédé le 20 novembre 2007 d'une attaque cardiaque à Cape Town, en Afrique du Sud, Smith, 88 ans, n'aura jamais exprimé le moindre remords pour les atrocités commises sous son régime de 1964 à 1979. Apôtre de la suprématie blanche en Afrique, il aura, jusqu'à la fin de sa vie, cru aux bienfaits de ses actions lorsqu'il était le premier ministre du futur Zimbabwe.

Un produit de son temps

Smith a été imprégné des idées européennes de colonialisme et de mission civilisatrice. Né en 1919 dans la Rhodésie anglaise, fils d'immigrés écossais, il étudie à l'Université Rhodes dans l'Afrique du Sud voisine. Il s'enrôle ensuite dans la Royal Air Force pendant la Seconde Guerre mondiale où il est blessé deux fois. C'est à son retour qu'il fait le saut en politique. En réaction à la Constitution sud-rhodésienne de 1961, qui accorde une place aux Noirs à l'Assemblée nationale, Smith crée un nouveau parti, le Front rhodésien, avec quelques extrémistes conservateurs (2). Son parti gagne les élections de 1962 et il devient premier ministre dès 1964.

Refusant de se conformer aux exigences anglaises en matière de représentation de la majorité noire, Smith déclare unilatéralement l'indépendance de la Rhodésie envers le Royaume-Uni en 1965. C'est ainsi qu'il réussit, malgré l'absence de reconnaissance internationale et malgré les sanctions économiques votées par l'Organisation des Nations unies, à diriger le pays pendant une quinzaine d'années. Il sera progressivement aux prises avec des mouvements revendicatifs dont fait partie la guérilla du Front patriotique, organisation dirigée principalement par l'actuel président Robert Mugabe. Le règne de la minorité blanche (environ 250 000 Blancs) sera défait par l'insurrection de la majorité noire (environ 5,5 millions d'Africains). La guerre civile aura fait environ 30 000 morts (3).

L'arrivée au pouvoir au Royaume-Uni de Margaret Thatcher, en 1979, amène le règlement du conflit par la conférence constitutionnelle de Lancaster House. L'élection de 1980 est gagnée par l'actuel président du Zimbabwe, Robert Mugabe. Ian Smith garde toutefois un siège au Parlement jusqu'en 1987, date à laquelle les vingt sièges réservés aux Blancs furent abolis.

Deux visages du personnage

Les nombreuses politiques de ségrégation raciale pendant les années Smith et la ténacité de ce dernier à maintenir en place la domination blanche sur le pays ont contribué à créer, probablement avec raison, l'image d'un personnage raciste et immonde. Paradoxalement, c'est pendant les quinze années de son gouvernement que le pays a connu son meilleur niveau de développement. Smith est celui qui a fait entrer le pays dans la modernité, laissant en héritage un système efficace de services publics et d'importantes infrastructures (4).

Aujourd'hui, le Zimbabwe connaît la pire crise économique de son histoire. Au lendemain de la mort de Smith, le quotidien The New York Times citait le post-scriptum à la préface de ses mémoires, « Bitter Harvest : The Great Betrayal », dans lequel Smith disait : « Je crois avoir raison de dire : je vous l'avais dit. L'histoire montre que mes prédictions se sont concrétisées » (5).

Souvenirs acerbes dans la communauté noire

Peu de personnalités internationales ont réagi à la mort de l'ex-premier ministre. Même l'actuel président de la République du Zimbabwe est resté silencieux. N'évoquant que rarement le nom de Smith, il a toutefois déclaré peu de temps avant sa mort « qu'Ian Smith devait s'estimer heureux de n'avoir pas eu à payer le prix des atrocités commises sous son régime », ajoutant qu'« il aurait dû être décapité » (6).

La station de radio d'État (ZBC) a fait mention du souvenir qu'il laissera aux Zimbabwéens : « On se souviendra de Smith comme étant raciste et responsable de la mort de nombreux Zimbabwéens » (7). Cinglant, M. Bright Matonga, ministre de l'Information, a déclaré à Reuters qu'« aucune personne de valeur n'allait pleurer la mort de Smith » (8). Abondant en ce sens lors d'une entrevue avec l'AFP, il a ajouté : « c'est un raciste impertinent [...] Nous lui avons tendu la main de la réconciliation qu'il n'a jamais acceptée, bon débarras ! » (9).




Références:

(1) BBC News, « Obituary : Ian Smith », 20 novembre 2007, http://news.bbc.co.uk/2/hi/africa/1136865.stm, (page consultée le 2 février 2008).

(2) MEUSY, Françoise, « Smith (I.) », Encyclopeadia Universalis », [sans date], http://www.universalis-edu.com/article2.php?napp=4... (page consultée le 2 février 2008).

(3) COWELL, Alan, « Ian Smith, Defiant Symbol of White Rule in Africa, Is Dead at 88 », The New York Times, 21 novembre 2007.

(4) MAIL & GUARDIAN, « Hundreds pay tribute to Ian Smith », 29 novembre 2007, http://mg.co.za/articlePage.aspx?articleid=326386&... (page consultée le 2 février 2008)

(5) COWELL, Alan, op.cit.

(6) BERTHEMET, Tanguy, « Ian Smith, ancien premier ministre de l'ex-Rhodésie », Le Figaro, 24 novembre 2007, p.17.

(7) CHINAKA, Cris, « Former Rhodesian leader Ian Smith dies », Mail & Guardian, 21 novembre 2007, http://mg.co.za/articlePage.aspx?articleid=325522&... (page consultée le 2 février 2008).

(8) Loc.cit.

(9) BBC News, « Ex-Rhodesian leader Ian Smith dies », 21 novembre 2007, http://news.bbc.co.uk/2/hi/africa/7104552.stm, (page consultée le 2 février 2008).

Dernière modification: 2008-02-08 08:53:23

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019