20 octobre 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Valeurs     Jeux   

27 novembre 2005

« Le gentil Albert » devient prince de Monaco


Jean-Christophe Bilodeau
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

février
1986
Ouverture du premier Sommet de la francophonie

Depuis le 19 novembre, jour de la fête nationale monégasque, un nouveau prince règne officiellement sur Monaco. «Le gentil Albert» (1), comme disent les Monégasques, qui est âgé de 47 ans, succède à son père, le défunt Rainier III, décédé le 6 avril dernier au centre cardio-thoracique de la principauté à 81 ans. Quelques jours auparavant, le 31 mars, le conseil de la Couronne, ayant constaté l'état de santé de Rainier III, confia la régence à son fils. La cérémonie d'intronisation a eu lieu au palais des Grimaldi, la dynastie qui règne sur Monaco et dont fait partie Albert II.

Le nouveau Prince s'est toujours impliqué dans les affaires de Monaco en occupant, entres autre, le rôle de président de la délégation monégasque aux Nations unies. Multipliant les présidences, il a également tenu ce rôle pour la Croix-Rouge monégasque et le Festival international de télévision. Grand sportif, Albert a participé aux quatre derniers Jeux Olympiques d'hiver en représentant Monaco en bobsleigh. La tâche s'annonce de taille pour le nouveau prince puisqu'il doit succéder à l'homme qui a fait de Monaco l'une des cités les plus prospères au monde, comptant plus de 70 banques d'affaires et 35 000 comptes bancaires, ce qui assure à la principauté des ressources financières sans précédent.

Monaco, qui est le plus petit État européen avec ses deux kilomètres carrés, compte 32 000 habitants, dont seulement 7000 citoyens monégasques. Monarchie constitutionnelle depuis 1911 et dynastique depuis 1962, le pouvoir exécutif y est composé du Ministre d'État (Premier ministre) et d'un conseil de 6 membres qui est uniquement responsable devant le prince. Alors qu'autrefois le Ministre d'État devait absolument être Français, le gouvernement français ne dispose plus que d'un avis consultatif. Le pouvoir législatif est partagé entre le Prince et le conseil national, qui est composé de 24 membres élus pour 5 ans au suffrage universel. Dix-huit des conseillers sont élus par simple classement, selon le nombre de voix obtenues, alors que les 6 autres conseillers le sont selon un mode proportionnel. Le prince possède aussi le droit d'initier les lois et de les promulguer (2). En résumé, Albert II possède d'importants pouvoirs au sein de l'État, qui sont délimité par la Constitution, puisqu'il agit autant au niveau exécutif que législatif.

Parmi les défis qui attendent Albert II, l'éthique en matière de finance est une priorité : « le blanchiment est un fléau qui touche toute la planète, ses techniques évoluent, il faut rester en éveil. Mais je me battrai de toutes mes forces pour que Monaco soit irréprochable et qu'on sorte à jamais de l'équation Monaco = blanchiment (..) » (3). Cette déclaration s'adresse à ceux qui accusent Monaco d'être un paradis fiscal et de faciliter le blanchiment d'argent. Même si la principauté n'accueille pas nécessairement l'argent mal acquis, elle demeure un paradis fiscal pour la jet-set internationale.

À ce sujet, Albert II a signé, le 8 novembre dernier, avec la France, une convention ayant pour but d'améliorer la transparence financière de Monaco. De plus, le Prince entend continuer de faire fructifier le PIB de l'État monégasque qui avoisine les dix milliards d'euros. Étant donné l'espace restreint à la disposition de l'État, Albert II veut exercer un développement contrôlé. Dans cette optique, un nouveau programme d'urbanisation sur mer a été mis sur pied.

En plus de promouvoir l'éthique financière, Albert II entend renforcer la place de Monaco sur la scène internationale, ainsi que l'environnement et la justice sociale. Pour atteindre ces objectifs, le nouveau Prince s'est entouré de nouveaux conseillers et d'experts en management.

Aimé par le peuple pour sa personnalité et son ouverture mais cible favorite de la presse à potins qui se délecte du penchant d'Albert pour faire la fête et de sa relation illégitime qui lui donna un fils, la question de sa succession reste en suspens. Rainier III, pour assurer la pérennité de la couronne, avait fait adopter une loi pour que celle-ci reste sur la tête d'un Grimaldi, ce qui ouvre la porte aux frères et s?urs ainsi qu'aux neveux et nièces d'Albert II. Bref, les Grimaldi règneront encore longtemps sur la principauté de Monaco.




Références:

1. BERBER, Myriam, « Albert II, l'héritier du Rocher », Radio-France Internationale, article publié le 4 avril 2005, http://www.rfi.fr/actufr/articles/071/article_39905.asp, consulté le 27 novembre 2005.

2. Université Laval, « L'aménagement linguistique dans le monde : Monaco », http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/europe/monaco.htm, consulté le 27 novembre 2005.

3. RAIZON, Dominique, « Intronisation d'Albert II », Radio-France Internationale, http://www.rfi.fr/actufr/articles/071/article_39905.asp, article publié le 18 novembre 2005, consulté le 27 novembre 2005.

AFP, « Albert II de Monaco intronisé à la tête de la Principauté », http://www.afp.com/francais/news/stories/051117124... article publié le 17 novembre 2005, consulté le 27 novembre 2005.

Dernière modification: 2007-05-02 07:13:22

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
La Principauté de Monaco : beaucoup d'institutions, mais peu de démocratie
>novembre 2009


« Le gentil Albert » devient prince de Monaco
>novembre 2005


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019