25 octobre 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Valeurs     Jeux   

30 octobre 2012

Une grande perte pour le Ghana


Lysandre Beauchemin
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

décembre
2000
Élection de John Kufuor à la présidence du Ghana

janvier
1997
Assermentation de Kofi Annan au poste de secrétaire général des Nations unies

décembre
1981
Renversement du gouvernement de Hilla Limann au Ghana

janvier
1979
Retour au multipartisme au Ghana

janvier
1972
Renversement du gouvernement de Kofi Abrefa Fusia au Ghana

août
1969
Tenue d'élections législatives au Ghana

février
1966
Renversement du président Kwame Nkrumah au Ghana

mai
1963
Signature de la Charte constituant l'Organisation de l'unité africaine

septembre
1961
Ouverture d'une conférence des pays non-alignés à Belgrade

avril
1960
Proclamation de l'indépendance du Togo

octobre
1958
Proclamation de l'indépendance de la Guinée

mars
1957
Proclamation de l'indépendance du Ghana

avril
1955
Ouverture d'une conférence internationale à Bandoeng

février
1951
Premières élections législatives au suffrage universel sur la Côte-de-l'Or (Ghana)

Le président du Ghana, M. John Atta Mills, s'éteint subitement à la surprise générale le 24 juillet 2012. Les circonstances entourant son décès restent nébuleuses, mais les autorités nationales s'entendent pour dire que la santé du président s'était grandement fragilisée lors des jours précédant la nouvelle (1). Il était alors âgé de 68 ans. Provoquant l'émoi dans tout le pays, les funérailles se sont déroulées sur 3 jours, réunissant 16 chefs d'État, la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton ainsi qu'une foule de 10 000 Ghanéens (2).

Le pouvoir difficilement atteignable

Issu d'une famille aisée, M. Mills a fait des études en droit à l'Université de Londres, puis enseigne à l'Université d'Accra pendant 25 ans, d'où son surnom « prof » (3). Par la suite, il s'implique au Congrès démocratique national (NDC) et, en 1997, il est élu vice-président de la République aux côtés du président Jerry Rawlings. En 2000, il est candidat à la présidentielle pour le NDC. Il se fait battre par John Agyekum Kufuor, le candidat du Nouveau Parti patriotique (NPP). En 2004, le scénario se répète : M. Mills subit une deuxième défaite à la présidentielle contre son rival Kufuor.

Toutefois, son renom « d'homme humble au ton mesuré » prend le dessus en 2009, lorsqu'il remporte de justesse l'élection présidentielle (4). En effet, M. Mills obtient 50,23 % des suffrages contre 49,77 % pour M. Kufuor, soit un écart de 40 000 voix (5). Ayant accepté le résultat des urnes sans équivoque, le président sortant confirme le caractère exemplaire de cette élection. Autrement dit, la réputation du Ghana, qui est connue pour son large respect de la démocratie et de la société civile, est soutenue lors de cette élection (6). Et donc, le 7 janvier 2009, une ambiance festive règne à Accra puisque « c'est la deuxième fois dans l'histoire du pays que le chef d'État est issu de l'opposition (7) ».

Un homme de conviction

Malgré la courte durée à la présidence de M. Mills, soit trois ans et demi, ce dernier a effectué une relance économique dans les secteurs du pétrole, du gaz, du cacao et de l'or (8). Le Ghana fait dorénavant partie du « club fermé » des pays producteurs de pétrole. Cette nouvelle industrie génère des recettes de près d'un milliard de dollars par an. À présent, le Ghana jouit d'un réseau plus étendu sur la scène internationale. À titre d'exemple, la Chine est désormais l'un des partenaires commerciaux du Ghana, et le président américain Barack Obama est venu féliciter le Ghana pour ses démarches démocratiques (9).

Le président Mills était animé par de nombreuses convictions tout au long de son implication politique. Ce dernier disait avoir un grand respect pour l'ex-président sud-africain, Nelson Mandela, son homologue tanzanien, Julius Nyerere, parce qu'il était « intègre et nationaliste », et Kwame Nkrumah, le premier président du Ghana indépendant. Il croyait au panafricanisme et espérait connaitre un jour les « États-Unis d'Afrique » (10).

Lors de ses campagnes électorales, il prônait des idées et des programmes socialistes. Il a écrit publiquement : « Mon rêve est que le Ghana devienne un pays qui tire l'Afrique vers le haut. Un pays de gens éduqués, une démocratie florissante et un État prospère qui puisse servir de modèle au continent tout entier (11). » Selon ses dires, M. Mills était un président inspiré par ses idéologies. D'ailleurs, l'ex-président de l'Union africaine, Boni Yayi, le percevait comme « un homme qui avait la passion de la paix pour l'Afrique et la région (12) ».

Un événement tragique

« C'est avec le coeur lourd que nous annonçons la mort brutale et prématurée du président de la République du Ghana (13) », tels sont les premiers mots prononcés pour annoncer la nouvelle dramatique au peuple ghanéen. L'atmosphère est lourde dans tout le pays, tant les autorités que la population sont touchées. Ému, le président togolais, Faure Gnassingbe, déclare : « Il était comme un frère pour moi (14). » Au lendemain de l'annonce, la population ghanéenne porte le brassard noir en signe de deuil.

Bien que le président défunt laisse son parti politique sans leader 5 mois avant la présidentielle, les déclarations en son honneur se multiplient. Akua Danso, un octogénaire, raconte aux journalistes : « J'ai vu bien des présidents, mais c'était le meilleur. Il était d'une grande humilité. C'est le jour le plus triste de ma vie (15). »

Enfin, d'autres hommages, qui témoignent de la grande affection à l'égard du président Mills, font surface sur les établissements : « John Atta Mills, nous nous souviendrons toujours de toi (16). » Puisque le président John Atta Mills a quitté le Ghana de façon prématurée, c'est le vice-président, John Dramani Mahama, qui doit s'assurer de la continuité politique. Il prendra l'intérim jusqu'à la prochaine élection présidentielle prévue en décembre 2012.




Références:

(1) LE MONDE. « Le président de Ghana meurt brutalement de maladie », 24 juillet 2012, [En ligne], http://www.lemonde.fr/afrique/article/2012/07/24/l... (page consultée le 26 octobre 2012).

(2) JEUNE AFRIQUE. « Ghana : grande émotion à Accra pour… John Atta Mills », 10 aout 2012, [En ligne], http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAW…, (page consultée le 26 octobre 2012).

(3) BOISBOUVIER Christophe. « Un président Panafricaniste et pragmatique », Jeune Afrique, 24 juillet 2012, [En ligne], http://www.jeuneafrique.com/Article/…, (page consultée le 26 octobre 2012).

(4) Loc. Cit.

(5) BALLONG Stéphane. « Une élection présidentielle exemplaire », Afrik.com, 5 janvier 2009, [En ligne], http://www.afrik.com/article16030.html, (page consultée le 26 octobre 2012).

(6) DENZER, Laray. « Ghana : actualité 2009 », Universalis, [En ligne], http://www.universalis-edu.com.ezproxy.usherbrooke.ca/…, page consultée le 26 octobre 2012).

(7) Loc. Cit.

(8) DENZER, Laray. « Ghana : actualité 2010 », Universalis, [En ligne], http://www.universalis-edu.com.ezproxy.usherbrooke.ca/…, page consultée le 26 octobre 2012).

(9) GBADAMASSI Falila. « John Atta Mills : l'homme qui aspirait à un Ghana meilleur », Afrik.com, 25 juillet 2012, [En ligne], http://www.afrik.com/article26339.html, (page consultée le 26 octobre 2012).

(10) BOISBOUVIER Christophe. Op. Cit

(11) BALLONG Stéphane. Op. Cit.

(12) JEUNE AFRIQUE. « Ghana : grande émotion...», Op. Cit.

(13) LE MONDE. Op. Cit .

(14) JEUNE AFRIQUE. « Ghana : grande émotion...», Op. Cit.

(15) Loc. Cit.

(16) LE ROUX, Gaëlle. « Hommage à John Atta Mills, "l'incorruptible" de l'Afrique de l'Ouest », France 24, 10 aout 2012, [En ligne], http://www.france24.com/fr/20120810-ghana-john-atta-mills…, (page consultée le 26 octobre).

Dernière modification: 2012-11-05 07:49:25

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019