29 novembre 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Valeurs     Jeux   

27 juin 2010

Tenue d'un référendum au Kirghizstan

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Le scrutin

Environ 90 % des électeurs qui se rendent aux urnes approuvent la nouvelle Constitution du Kirghizstan. Celle-ci vise à ramener une certaine stabilité dans cet État d'Asie centrale qui, en 2010, a été secoué par de nombreux bouleversements.

Kourmanbek Bakiev était arrivé au pouvoir en avril 2005, dans le sillage du mécontentement entraînant le départ du président Askar Akaïev. L'espoir d'une démocratisation du régime tarde cependant à se matérialiser et, en avril 2010, l'annonce d'augmentation des tarifs sur certains services publics fait éclater la grogne. Des manifestations d'envergure sont mises sur pied et la population prend d'assaut plusieurs bâtiments publics dont le palais présidentiel. Les altercations avec les forces policières font entre 75 et 100 morts et plus d'un millier de blessés. La situation évolue rapidement : Bakiev quitte ses fonctions et le pays. Il est remplacé par Roza Otounbaïeva, une ex-ministre des Affaires étrangères qui préside un gouvernement provisoire et est investi des pouvoirs présidentiels le 19 mai. Un référendum est prévu pour le 27 juin afin d'établir une nouvelle Constitution prévoyant une diminution des pouvoirs du président, au profit des parlementaires. Mais des tensions persistent, particulièrement dans le sud du pays où l'ex-président Akaïev avait de forts appuis et où la légitimité d'Otounbaïeva est remise en question. La majorité kirghize reproche à la minorité ouzbek de vouloir faire échouer le référendum. Des attaques sont perpétrées et des centaines de milliers d'Ouzbeks quittent le pays pour trouver refuge en Ouzbékistan. Cette instabilité inquiète les Chinois, ainsi que les Américains qui possèdent une base militaire en territoire kirghiz. Lors du référendum du 27 juin, 90% des électeurs se prononcent en faveur de la nouvelle Constitution. Même si la majorité des électeurs éligibles ont pris part à l'exercice, plusieurs observateurs restent perplexes quant à la stabilité du pays où se tiendront des élections législatives plus tard en 2010.

Dans les médias...


Frédérick Lavoie, « Les Kirghiz ont voté pour la stabilité sans trop y croire »

«...Sur toutes les lèvres, quatre mots : stabilité, calme, ordre et légitimité. Le message de la présidente intérimaire Rosa Otounbaïeva est vraisemblablement passé : le référendum sur la nouvelle Constitution donnera à son gouvernement, issu du coup d'État du 7 avril dernier, la légitimité dont il a besoin jusqu'aux élections législatives de septembre. Il pourra s'employer à restaurer l'ordre, le calme et ramener la stabilité au Kirghizstan. Tous les électeurs rencontrés hier matin ont affirmé avoir voté pour la nouvelle Constitution, qui propose de faire passer la petite république ex-soviétique d'Asie centrale d'un système présidentiel à un système parlementaire. Aucun toutefois n'apportait un soutien inconditionnel au gouvernement provisoire. (...) Le politologue kirghiz Nour Omarov doute toutefois que la nouvelle Constitution soit suffisante pour assurer un avenir radieux au Kirghizstan : « L'important, ce n'est pas la sorte de république que nous avons, mais les gens qui sont au pouvoir. » Et pour l'instant, dit-il, la plupart des prétendants aux hautes fonctions sont des caciques des régimes précédents qui cherchent à reprendre leur place. »

La Croix (France), 28 juin 2010, p. 9.

Mathilde Goanec, « Un référendum hanté par les violences ethniques »

«...Le nombre réel de morts, estimé dans un premier temps à 260 personnes, serait aussi bien plus élevé que les chiffres officiels : aujourd'hui, on évoque près de 2.000 victimes, toutes communautés confondues, un bilan très lourd pour la région. Tout à son deuil, le Sud pourrait donc être le grand absent du référendum, lui qui concentre pourtant un tiers de la population nationale. Le jour du référendum pourrait aussi être l'occasion de nouveaux troubles. Une menace prise d'autant plus au sérieux que les autorités, concentrées sur la gestion du désastre humanitaire et le fragile retour au calme, peinent à convaincre de leur volonté de faire toute la lumière sur les événements tragiques de ces derniers jours. L'enquête qui doit établir ce qui s'est réellement passé dans le sud, et condamner les responsables, s'en tient à une seule version des faits : c'est le président fugitif, Kourmanbek Bakiev, originaire de Djalalabad, qui aurait fomenté les troubles, avec l'appui de « terroristes islamistes » implantés en Ouzbékistan. »

Le Soir (Belgique), 26 juin 2010, p. 15.

Gouvernance et gouvernement [ 27 juin 2010 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Kirghizstan
Non disponibleRoza Isakovna OtunbayevaDaniyar Toktogulovich Usenov

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 2000 - 2016



juin
2010
Tenue d'un référendum au Kirghizstan

octobre
2015
[Résultats] Élections législatives


Dans l'actualité


septembre
2020
Élections au Kirghizstan : la résilience d'une démocratie nouvelle

septembre
2018
Kirghizistan : une transition économique difficile


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019