22 octobre 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Valeurs     Jeux   

1 septembre 2019

Déferlement de l’ouragan Dorian sur les Bahamas

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Les Bahamas, un archipel des Caraïbes comptant environ 700 îles et îlots, sont secoués par Dorian, un ouragan dévastateur qui les frappe de plein fouet le 1er septembre 2019. Des pluies diluviennes et des rafales avoisinant les 300 km/h font des dommages sans précédent avec plus d’un millier de disparus et la destruction d’environ 13 000 maisons.

Né d’une onde tropicale émanant de la côte africaine, Dorian croît en intensité à mesure qu’il se rapproche des Bahamas, passant d’une catégorie 1 à 5 sur l’échelle Saffir-Simpson. Une catastrophe majeure est appréhendée dans ce pays de 400 000 habitants, mais également à Porto Rico et dans plusieurs États de la côte étatsunienne (Floride, Géorgie, Caroline du Sud et du Nord) où l’on adopte des mesures d’urgence. C’est toutefois les Bahamas que Dorian frappe le plus durement, particulièrement les îles d’Abacos et Grand Bahama, où l’on retrouve Freeport, la ville la plus populeuse du pays. Évoluant très lentement, l’ouragan dévaste le territoire. Des vents atteignent environ 300 km/h, du jamais-vu dans le nord-est des Bahamas, alors que 76 centimètres de pluie s’abattent sur certains endroits. Les conséquences sont graves : une quarantaine de morts identifiés, ainsi que plus d’un millier de disparus dont le sort est inconnu. Les infrastructures sont mises à mal, environ 13 000 maisons seraient détruites et plus de 70 000 personnes auraient besoin d’un aide urgente. En tout, on estime les pertes occasionnées à plus de 7 milliards de dollars. Le premier ministre Hubert Minnis, qui a demandé aux victimes potentielles de se réfugier dans les îles les moins vulnérables, décrit l’après-Dorian comme la plus grave crise de l’histoire du pays. Les États-Unis s’en tirent beaucoup mieux. Des vents déferlent sur la Floride et les autres États de la côte, mais ils n’ont pas la violence de ceux qui ont touché les Bahamas. Les répercussions y sont donc beaucoup moins importantes. Toutefois, l’ouragan, qui devient un cyclone post-tropical en progressant sur la côte est, cause même des problèmes dans les provinces canadiennes de l’Atlantique. On y observe, entre autres, des pannes de courant massives.

Dans les médias...


Frédéric Autran, « Après l’ouragan Dorian, les Bahamas ont « l’odeur de la mort »

«...Outre la recherche de corps et d'hypothétiques survivants encore coincés dans les décombres, les autorités des Bahamas font désormais face à une triple priorité : évacuer les blessés, assurer la sécurité (des scènes de pillage ont été signalées) et venir en aide aux rescapés. Pour cela, elles peuvent compter sur l'appui de plusieurs pays qui ont dépêché sur place des moyens maritimes et aériens. [...] Après l'urgence viendront la lente reconstruction et d'inévitables interrogations sur l'avenir. Faut-il rebâtir au même endroit ? Si oui, comment ? Dans cette région habituée aux tempêtes et ouragans, les habitants se pensaient préparés à affronter Dorian. Mais personne ne pouvait imaginer sa puissance, ses torrents de pluie et ses rafales à 300 km/h. En visite à Nassau avec une délégation de dirigeants caribéens, la Première ministre de la Barbade n'a pas hésité à faire le lien avec le combat climatique. «Que font les eaux plus chaudes ? Elles nourrissent la croissance et la force des ouragans, a déclaré Mia Mottley au Guardian. Nous subissons en première ligne les conséquences du changement climatique, mais nous n'en sommes pas responsables.» »

Libération (France), 7 septembre 2019, p. 8.

Marie-Noëlle Bertrand, « Les ouragans de force 5 se multiplient en Atlantique »

«...Pour l'heure, les États-Unis semblent avoir pris les mesures qu'il fallait. En Floride, des milliers de résidents avaient été évacués en prévision de son passage hier soir sur les côtes états-uniennes. On ne peut pas dire, cependant, que l'anticipation aura été le point fort du gouvernement fédéral. En baisse depuis 2017, le budget de l'environnement n'est pas de ceux à même de permettre au pays de se préparer aux événements futurs. Les programmations, pour l'année 2020, n'offrent guère plus matière à se réjouir. L'EPA (Agence de protection de l'environnement) devrait voir une fois de plus ses moyens financiers et humains lourdement amputés. Mais pas seulement elle : le logement, la santé ou encore les transports perdent lourd, eux aussi, dans la bataille budgétaire, soit autant de secteurs essentiels à l'adaptation aux changements climatiques. En dépit des alertes, Donald Trump continue de les ignorer. Hier, le président des États-Unis, en poste depuis 2017, faisait encore mine de découvrir l'existence d'ouragans de force 5... Face au troisième qui touche ou frôle son pays depuis le début de sa mandature. »

l’Humanité (France), 3 septembre 2019, p. 10.

Hayley Dixon, « Bahamas will need billions after Dorian devastation »

«...Hurricane Dorian has left a path of destruction in its wake in the Bahamas - and climate change is likely to have made the devastation worse. While the links between extreme weather and global warming are complex, scientists say that storms are becoming stronger and more dangerous as temperatures and sea levels rise. The deadliest elements of a hurricane are associated with torrential rainfall and the storm surge, which was over 20ft in the Bahamas. Both have been made more severe by climate change. That's because, as the world's temperatures have risen, the air has become hotter. This warmer air is able to hold more moisture, which is then released in a torrent of rainfall. According to the Clausius-Clapeyron equation, for every degree of warming there's about 7 per cent more moisture in the atmosphere. But as temperatures increase, the world's ice and glaciers have melted, meaning that there is more water to be sucked into a storm surge and pushed inland. Winds have also become stronger - the islands were hit by gusts of about 220mph. »

The Daily Telegraph (Royaume-Uni), 5 septembre 2019, p. 16-17.

Gouvernance et gouvernement [ 1 septembre 2019 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

null
Non disponible

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 2009 - 2016



mai
2012
[Résultats] Élections législatives


Dans l'actualité


septembre
2020
Les Bahamas se relèvent un an après l'ouragan Dorian

mars
2011
Les Bahamas: la fin d'un paradis fiscal


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019