22 octobre 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Valeurs     Jeux   

17 avril 2019

Réélection de Joko Widodo à la présidence de l'Indonésie

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Après un premier mandat en demi-teinte, le président Joko Widodo affronte l'épreuve des urnes une seconde fois le 17 avril 2019. Il accentue sa popularité par rapport à 2014 en remportant le scrutin grâce à 55,5 % des voix, contre 44,5 % pour son adversaire Prabowo Subianto.

Au cours de son premier mandat à la présidence de l'Indonésie, Joko Widodo, dit Jokowi, a utilisé une politique économique interventionniste axée, entre autres, sur le développement d'infrastructures. Cependant, les projets ambitieux ont démarré lentement et les retombées positives ont tardé à se faire sentir. Widodo présente un bilan mitigé devant les électeurs en 2019, mais il n'est pas dans une mauvaise position. Son adversaire est Prabowo Subianto, un ex-général et gendre de l'ancien dictateur Suharto qu'il avait déjà affronté en 2014. Le président sortant tente d'élargir sa base en séduisant les jeunes avec la promesse de la transformation numérique de l'économie. Il cherche aussi à rejoindre les fondamentalistes musulmans en choisissant un imam comme colistier. Cette décision fait craindre à certains une recrudescence de l'intolérance religieuse, alors que le président est perçu comme un musulman modéré. Quant à Subianto, il propose de réduire les dépenses gouvernementales, d’adopter une politique commerciale protectionniste, de lutter contre la corruption et de reconsidérer l'influence de la République populaire de Chine. Moins populaire auprès des jeunes, il utilise abondamment les réseaux sociaux comme stratégie de communication. Il se distingue aussi du président en choisissant un jeune politicien au passé d’entrepreneur comme colistier. Le scrutin, que certains qualifient de plus important de l'histoire de l'Indonésie, est remporté par Widodo dès le premier tour avec 55,5 % des voix contre 44,5 % pour Subianto. Malgré le choix controversé de son colistier, le président a tout de même reçu le soutien des minorités religieuses et des classes populaires. Subianto contestera les résultats sans succès. D’autres élections se tiennent le même jour, dont les législatives. Le Parti démocratique indonésien de lutte de Widodo arrive en tête avec 128 sièges sur 575.

Résultats du scrutin

Dans les médias...


Michel de Grandi, « En Indonésie, les électeurs appelés à choisir entre deux modèles de société »

«...Joko Widodo, surnommé Jokowi, incarne une Indonésie plutôt moderniste. Sur sa plate-forme, il va jusqu'à proposer la parité homme- femme. S'il se prononce pour la transformation numérique de l'économie, c'est aussi pour toucher l'électorat jeune. Mais la base de sa stratégie de développement reste une politique keynésienne fondée sur le développement des infrastructures. Cela étant, ce plan qui constituait déjà la colonne vertébrale de son action lors de son premier mandat n'a pas donné les résultats escomptés. Lent à installer et avec un impact différé dans le temps, ce plan si ambitieux soit-il n'a pas provoqué l'entraînement espéré. De sorte que Joko Widodo se présente aux électeurs avec un bilan en demi-teinte. « Il a été confronté au réel de la société indonésienne », poursuit la chercheuse. Elle souligne les inerties, mais aussi le clientélisme et à présent les fakes news, qui sont autant de freins au bon déroulement des projets. Bien plus que deux candidats, les Indonésiens doivent départager deux modèles de société. Son adversaire, le général Prabowo Subianto, est le candidat de l'élite et incarne une vision plus traditionnelle. L'ancien militaire au passé sulfureux, ex-gendre de Suharto, aujourd'hui reconverti dans les affaires, cherche ses appuis parmi les milieux musulmans conservateurs et promet de lutter contre la corruption endémique, de tailler dans les dépenses de l'État et de reconsidérer l'influence de la Chine dans l'archipel. »

Les Échos (France), 17 avril 2019, p. 8.

Nabil El Bousaadi, « Indonésie : L’Islam au cœur de la campagne électorale...»

«...Mais si, comme le relève Dave McRae, professeur à l'Université de Melbourne, le président sortant « a choisi le pragmatisme plutôt que les principes sur la question de l'islamisme et du pluralisme », son action sur le plan des droits de l'homme laisse à désirer à telle enseigne que plusieurs ONG ont dénoncé l'augmentation des discriminations contre les minorités religieuses et ethniques et contre la communauté LGBT au moment où les groupes islamiques conservateurs « gagnent en influence ». En outre, pour donner des gages à l'électorat musulman conservateur, Jokowi a choisi un prédicateur islamiste conservateur a la vice-présidence; un choix qui inquiète grandement les progressistes. Mais s'il va de soi que les questions de développement et de lutte contre la pauvreté restent au coeur de cette campagne électorale marquée notamment par des attaques virulentes des deux camps, la place de l'Islam y est tellement prépondérante que les thèmes islamo-conservateurs se sont imposés à l'ensemble des candidats n'épargnant même pas le président sortant alors même que ce dernier avait toujours prôné la modération. »

Al Bayane (Maroc), 18 avril 2019.

Bruno Meyerfeld, « « Jokowi » est aux portes d’un second mandat »

«...L’écart semble malgré tout assez large, et correspond aux prévisions des sondeurs de ces dernières semaines. Tout en rejetant les premiers sondages sortis des urnes, Prabowo Subianto a d’ailleurs lui aussi appelé ses partisans à « rester calmes et à ne pas céder à l’anarchie ». Un appel bienvenu pour ceux qui craignaient une contestation des résultats dans la rue. Avec un taux de participation qui devrait dépasser les 75 %, le pari en tout cas semble gagné pour la démocratie indonésienne, toujours aussi dynamique deux décennies après la chute de la dictature du général Suharto. Les défis étaient pourtant nombreux, dans un État archipélagique comptant 17.000 îles et 192 millions d’électeurs, chargés de départager en un seul jour quelque 245.000 candidats issus de 16 partis concurrents, au travers de cinq scrutins différents (présidentiel, législatifs et locaux). Il aura fallu des jours pour acheminer le matériel électoral en voiture, moto, bateau, hélicoptère, avion – voire, dans certaines localités, à dos de cheval ou d’éléphant. Dans les 800.000 bureaux de vote, l’ambiance de ce mercredi fut le plus souvent sereine, et parfois même festive. »

Le Soir (Belgique), 18 avril 2019, p. 14.

Stefania Palma, « Indonesia wraps up voting in world’s biggest presidential poll »

«...The vote comes as religion has seeped into mainstream politics in the world's largest Muslim-majority nation, with Mr Widodo choosing the most powerful cleric in the country - 76-year-old Ma'ruf Amin - as his running mate and Mr Prabowo courting hardline Islamic groups to capture the Muslim vote. The two candidates' policy ambitions are not vastly different, though Mr Prabowo has campaigned on a more nativist platform, calling for favouring Indonesians over foreign workers for new jobs and for heightening protectionism around natural resources in one of the largest commodity producers in the world. Indonesia's relationship with China is also at stake, with Mr Prabowo - whose win analysts said would be seen as bad news by foreign investors - saying he would review Beijing-backed infrastructure projects that were not in Jakarta's interest if he won the election. Mr Widodo has pledged to continue developing infrastructure after launching a $340bn programme that has become the hallmark of his presidency and is praised by his supporters. He is also determined to boost foreign direct investment into Indonesia as well as increase export volumes. »

Financial Times (Royaume-Uni), 17 avril 2019.

Gouvernance et gouvernement [ 17 avril 2019 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Indonésie
ÉlevéJoko WidodoInformation non-pertinente

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 2014 - 2016



avril
2014
[Résultats] Élections législatives

juillet
2014
[Résultats] Élection présidentielle


Dans l'actualité


février
2019
Indonésie : élections présidentielle et législatives d'une démocratie fragile

janvier
2019
Rassemblement international à Bali pour sauver les océans

septembre
2018
La justice indonésienne progresse dans sa lutte à la corruption

avril
2018
Le coût du séparatisme en Indonésie

janvier
2017
Les Indonésiens dans la rue pour la condamnation d'Ahok

octobre
2016
Remaniement ministériel en Indonésie : l'économie au coeur du changement

novembre
2014
Déforestation en Indonésie : un pilier économique, mais un désastre écologique

octobre
2014
Une élection indonésienne marquante

février
2014
Élection présidentielle à saveur populiste en Indonésie

mars
2013
L'Indonésie : un essor économique impressionnant


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019