29 octobre 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Valeurs     Jeux   

14 décembre 1998

Réélection de Lansana Conté à la présidence de la Guinée

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Lansana Conté

Des tensions marquent l'élection présidentielle de 1998 en Guinée. Celui qui est chef de l'État depuis 1984, le président Lansana Conté, est reconduit dans ses fonctions dès le premier tour, avec 56,1 % des voix. Ce résultat est toutefois contesté par les autres candidats.

Le général Lansana Conté accède à la présidence de la Guinée en 1984, à la suite d’un coup d’État. Auparavant une colonie française, la Guinée a été dirigée pendant 26 ans par le socialiste Ahmed Sékou Touré (1958-1984). Les difficultés économiques observées alors se sont poursuivies sous Conté qui n'a pas été en mesure de les enrayer malgré une politique de libéralisation procurant une certaine croissance, notamment sous le premier ministre Sydia Touré. En dépit de progrès démocratiques, la corruption persiste. De plus, les infrastructures sont désuètes et les systèmes de santé et d'éducation ne répondent pas aux besoins de la population. Après une première victoire électorale en 1993, Lansana Conté revient devant l’électorat le 14 décembre 1998. Il se retrouve face à quatre candidats, dont deux qui étaient sur les rangs lors de la présidentielle de 1993 : l’économiste Bâ Mamadou Boye, du nouvellement fondé Parti du renouveau et du progrès, et Alpha Condé du Rassemblement du peuple de Guinée. La formation politique du président, le Parti de l'unité et du progrès, est composée en majorité de l'ethnie Soussous qui ne représente que 15 % de la population. Cette situation est source de tensions, les grandes régions guinéennes tentant d’exercer plus d’influence en appuyant leurs candidats. La campagne électorale est marquée par de la violence. L'opposition dénonce des fraudes massives avant même la sortie des résultats officiels, notamment dans la capitale Conakry. Ses membres croient que le président tente de s'ingérer dans le processus électoral afin de gagner au premier tour. Ce qu’il réussit, récoltant 56,1 % des voix. Il devance Bâ Mamadou Boye (24,6 %) et Alpha Condé (16,9 %). Condé sera arrêté peu après le vote et emprisonné. L'opposition persistera à dénoncer des cas de fraude, mais le résultat sera maintenu.

Résultats du scrutin

Dans les médias...


Thomas Sotinel, « En Guinée-Conakry, le président Conté s’en prend à l’opposition »

«...Face à lui, l'opposition avait formé une alliance politico-ethnique. Trois candidats, représentant chacun un grand groupe ethnique guinéen, espéraient obliger le président Conté à un second tour, lors duquel il aurait affronté le mieux placé des trois. Outre M. Condé, candidat des Malinkés, cette alliance réunissait le Peul Mamadou Ba et le Forestier Jean-Marie Doré. [...] Selon les résultats officiels, M. Ba a remporté un quart des suffrages, devançant M. Condé, qui a passé les vingt derniers mois en exil et n'est rentré en Guinée qu'à la veille du scrutin. Mais l'opposition rejette les chiffres du ministère de l'intérieur. Selon M. Ba, elle n'était présente que " dans un tiers des bureaux de vote " le jour du scrutin après en avoir été chassée par les autorités. Aujourd'hui, le dirigeant peul exige du gouvernement qu'il publie les résultats bureau par bureau. " Nous espérons que les bailleurs de fonds nous soutiendront dans cette démarche ", nous a-t-il déclaré. »

Le Monde (France), 26 décembre 1998, p. 4.

Stéphane Dupont, « Guinée : l’économie otage de l’élection présidentielle »

«...La terrible misère n'est pas non plus étrangère à cette atmosphère explosive. Les jeunes désoeuvrés des quartiers périphériques de la capitale guettent la moindre raison de se révolter. Région particulièrement prospère et accueillante de l'empire français il y a quarante ans, la Guinée est aujourd'hui l'un des pays les plus pauvres du continent noir. Une contrée régulièrement placée au dernier rang du classement mondial du développement humain établi par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). Les vingt-six ans de socialisme et de dictature sanglante d'Ahmed Sékou Touré ont ruiné le pays. Arrivé au pouvoir par la force à la mort du « père » de l'indépendance, en 1984, Lansana Conté n'a pas su inverser le cours des choses, même s'il a libéralisé progressivement l'économie. [...] Corrompue, inactive, incompétente et encore toute-puissante, l'administration continue d'entraver le nécessaire développement du pays. Elle dissuade en particulier les nombreux « Guinéens de l'extérieur », souvent des cadres bien formés ayant fui la dictature, de rentrer au pays. »

Les Échos (France), 15 décembre 1998, p. 8.

Gouvernance et gouvernement [ 14 décembre 1998 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Guinée
FaibleLansana ContéSidia Touré

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1988 - 2008



décembre
1993
Élection de Lansana Conté à la présidence de la Guinée

décembre
1993
[Résultats] Élection présidentielle

juin
1995
[Résultats] Élections législatives

décembre
1998
Réélection de Lansana Conté à la présidence de la Guinée

décembre
1998
[Résultats] Élection présidentielle

juin
2002
[Résultats] Élections législatives

décembre
2008
Décès du président guinéen Lansana Conté


Dans l'actualité


février
2017
Rencontre Chine-Guinée : les affaires d'abord

septembre
2010
Guinée : une élection historique

janvier
2010
Guinée : Vers des élections libres et démocratiques ?

octobre
2009
Révolte populaire en Guinée

janvier
2009
De banquier à premier ministre, Kabiné Komara revient en Guinée

mars
2007
Guinée: la loi martiale décrétée, la population prête à tout

janvier
2007
Grève générale en Guinée: la présidence sous tension


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019