22 octobre 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Valeurs     Jeux   

25 juillet 2020

Échouement du vraquier japonais MV Wakashio au large de l’île Maurice

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Le 25 juillet 2020, le MV Wakashio, un vraquier japonais de 300 mètres en route vers le Brésil, échoue sur une barrière de corail dans l’océan Indien. Dans les jours qui suivent, une opération est mise en place afin de limiter le déversement des quelque 4 milliers de tonnes de fioul et de diesel qui se trouvent à bord.

Le MK Wakashio, un vraquier japonais naviguant entre la Chine et le Brésil, fait naufrage sur une barrière de corail située à la pointe d’Esny, une localité bordant la côte sud-est de l’île Maurice. Le bateau n’a pas de marchandise à ce moment, mais il contiendrait environ 3 800 tonnes d’huile lourde et 200 de diesel, faisant craindre une marée noire. Un climat défavorable empêche le redressement du MV Wakashio d’où les hydrocarbures commencent à s’échapper le 6 août, soit environ deux semaines après l’échouement. Des équipes procèdent au vidage des réservoirs, mais on estime que de 800 à 1000 tonnes auraient souillé les côtes. Les Mauriciens tentent par différents moyens, par exemple avec des barrages absorbants, de bloquer la nappe. Lorsque le vraquier se brise en deux, le 15 août, il ne resterait que de 90 à 100 tonnes à bord de la partie arrière. Quant à la partie avant, elle est remorquée au large. Une urgence environnementale est proclamée. Des espaces animales seraient menacées, puisqu’il y a beaucoup de territoire sensible à cet endroit. D’autre part, l’industrie touristique, qui profite à la région, risque également d’être perturbée. La France envoie de l’aide, de même que le Japon qui veut participer à la dépollution. Les autorités mauriciennes demandent également une compensation à l’entreprise Nagashiki Shipping, propriétaire du bateau, et à son assureur. Le premier ministre Pravid Jugnau et son gouvernement sont pour leur part la cible de critiques, des citoyens les accusant de négligence, notamment d’avoir trop attendu pour intervenir. Les autorités se défendent en disant avoir tout fait pour éviter cette catastrophe environnementale qui serait la pire de l’histoire de l’île Maurice.

Dans les médias...


Jérôme Talpin, « L’Île Maurice se mobilise contre une marée noire »

«...Cette marée noire provoque aussi une crise politique dans l'île. L'opposition, constituée du Parti travailliste, du Mouvement militant mauricien et du Parti mauricien social-démocrate, a dénoncé la passivité du gouvernement et son absence de réaction les premiers jours. Pourquoi le Wakashio est-il resté aussi longtemps sur le récif sans intervention, demandent ces trois partis. Leurs responsables réclament la démission des ministres de l'économie océanique, Sudheer Maudhoo, et de l'environnement, Kavy Ramano. Leader du Parti travailliste et ancien premier ministre, Navin Ramgoolam déclare qu'il « faudra des années pour tout remettre en état ». Le gouvernement mauricien explique avoir mis en demeure l'armateur japonais de mettre fin au danger constitué par ce naufrage. Sept experts de Smit Salvage ont été envoyés sur place dans les jours ayant suivi l'échouage. Jusqu'au 6 août, le Wakashio était planté sur le récif et restait stable sur sa partie arrière. Un audit était en cours, afin de dégager le vraquier et de le ramener vers le large. »

Le Monde (France), 11 août 2020, p. 6.

Jean-Marc Leclerc, « Naufrage à Maurice : la marée noire menace La Réunion »

«...Ce que les experts redoutaient s'est produit samedi : le Wakashio s'est brisé en deux sur le récif mauricien de Pointe d'Esny. Les équipes d'intervention avaient mené une course contre la montre pour pomper les produits pétroliers restant avant que le Wakashio ne se brise. Ces derniers jours, les autorités se voulaient rassurantes, plus de 2 000 tonnes d'hydrocarbures ayant pu être extraites du navire Mercredi soir, les officiels mauriciens annonçaient que le fioul contenu dans les réservoirs avait été entièrement pompé, mais pas celui encore présent dans la cale. De l'aveu de l'armateur lui-même, Mitsui OSK Lines, « il est estimé qu'une quantité non récupérée de carburant s'est échappée du navire » . En se cassant en deux, il a laissé s'échapper dans les flots azur de ce petit paradis près de 100 tonnes supplémentaires d'hydrocarbure. D'où la mise en garde du ministre français des Outre-mer qui ne peut exclure que la marée noire ne vienne désormais souiller les plages réunionnaises. »

Le Figaro (France), 17 août 2020, p. 11.

Laurent Decloitre, « L’île Maurice lutte contre le fioul avec les moyens du bord »

«...Sur la côte, des centaines de bénévoles et de nombreux élus se pressent pour nettoyer les rives et confectionner des boudins flottants à base de nylon et de bas. Face au manque de moyens, les Mauriciens font feu de tout bois : l'appel «Donn to seve pou sov nou lagon» («donnez vos cheveux pour sauver notre lagon») a ainsi été lancé. L'idée semble saugrenue, mais il s'avère que les cheveux, lipophiles, absorbent le gras et pourraient éponger les hydrocarbures. Une jeune députée, Joanna Bérenger, a coupé ses cheveux ; les salons de coiffure collectent les cheveux de leurs clients; une association de défense des animaux, l'ONG Paws, récupère les poils des chiens et chats. Une association française, Coiffeurs justes, a même proposé d'envoyer 20 tonnes de cheveux. Les habitants ramassent également de la paille de canne à sucre dans les champs pour remplir les boudins. Cette marée noire est une catastrophe pour Maurice, dont les recettes touristiques ont déjà plongé depuis l'épidémie du Covid-19, les liaisons aériennes avec l'extérieur étant suspendues jusqu'en septembre. »

Libération (France), 10 août 2020, p. 14.

Gouvernance et gouvernement [ 25 juillet 2020 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Maurice
Non disponiblePrithvirajsing RoopunPravind Jugnauth

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 2010 - 2016



décembre
2014
[Résultats] Élections législatives


Dans l'actualité



Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019