22 octobre 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Valeurs     Jeux   

14 mai 1995

Élections et référendum au Belarus

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Alexandre Loukachenko

Un an après son accession à la tête du Belarus (Biélorussie), le président Aleksandr Loukashenko voit ses positions renforcées à la suite d'un référendum à plusieurs volets qui porte, entre autres, sur la question de l'intégration économique avec la Russie.

À la suite de sa victoire à l'élection présidentielle, en 1994, Aleksandr Loukashenko oeuvre à un rapprochement avec la Russie qui mène à la signature d'un traité d'amitié et de coopération entre les deux pays. Une entente économique douanière est également conclue, le Belarus optant même pour un retour à l'usage du rouble comme monnaie. Le 14 mai 1995, un référendum à plusieurs volets est organisé. La population se prononce alors pour l'adoption du russe comme langue d'État, celle d'un nouveau drapeau et de symboles nationaux ainsi qu'une plus grande intégration économique à la Russie. Malgré un vote favorable à ces propositions défendues par le président, une faible participation est observée. L'opposition au sein du Soviet suprême, particulièrement le Front populaire du Belarus, s'est élèvée contre la tenue de cette consultation et les méthodes autoritaires de Loukashenko, mais elle est victime d'une sévère répression. Marquées elles aussi par une faible participation, les législatives (14 et 28 mai) donnent des résultats peu concluants. Puisqu'une participation de 50% est requise pour qu'un candidat soit élu, il faut attendre le deuxième tour, en novembre et décembre, avant que les deux tiers de la Chambre, nécessaires au quorum, soient obtenus. Le Belarus poursuivra son rapprochement avec Moscou. En novembre 1996, Loukashenko verra aussi son pouvoir renforcé par un référendum dont la légitimité sera toutefois fortement contestée.

Dans les médias...


S.A., « Minsk tend les bras vers Moscou »

«...les dirigeants biélorusses semblent s'être peu à peu convaincus depuis 1991 que, en dehors de la Russie, il n'y avait point de salut pour leur pays. Dépendante à 90 % de Moscou pour ses approvisionnements en énergie, la Biélorussie était endettée à l'égard de la Russie à hauteur de 1.000 milliards de roubles en septembre 1994. Près de 80 % du chiffre d'affaires des entreprises locales serait réalisé avec la Russie, selon des sources officielles à Minsk. En août 1994, un accord d'union monétaire entre Minsk et Moscou a tourné court, en partie du fait de la partie russe. Reste que l'union douanière entre les deux pays, qui existe depuis mai 1994, profite avant tout, de l'avis de nombreux observateurs, aux Russes. « La frontière économique de la Russie se situe depuis un an à la frontière polonaise », note un économiste occidental à Minsk. Mais Moscou ne semble pas avoir l'intention, du moins dans l'immédiat, d'intégrer la Biélorussie dans la Fédération de Russie. Pourtant, le scrutin de dimanche semble bien indiquer qu'il y aurait peu de voix à Minsk pour s'élever contre une intégration de ce pays de 10 millions d'habitants à la Russie. »

Les Échos (France), 16 mai 1995, p. 6.

Matthias Lufkens, « La Biélorussie fait machine arrière »

«...Par la volonté du peuple, le drapeau rouge flottera de nouveau sur la Biélorussie. Avec une majorité écrasante de plus de 75% des voix, les 7,5 millions d'électeurs de ce que l'on surnomme la « Vendée de l'ex-URSS » ont plébiscité un retour en arrière et le remplacement du drapeau indépendantiste blanc-rouge-blanc actuel par le drapeau rouge-vert, qui était celui de la Biélorussie au sein de l'Union soviétique, allègé du marteau et de la faucille. Les Biélorusses tirent ainsi un trait sur près de cinq ans d'une « drôle d'indépendance » qu'ils n'avaient pas voulue et qui a plongé le pays dans une crise économique sans précédent réduisant leur pouvoir d'achat à néant. Les électeurs très conservateurs de cette ex-République soviétique agricole ont massivement soutenu la politique du Président aux tendances autoritaires, Alexander Loukachenko, triomphalement élu en juillet dernier. L'ancien directeur de kolkhoze, imprévisible et populiste, a joué sur le sentiment panslave pour obtenir un blanc-seing pour sa politique d'intégration avec la Russie. »

Libération (France), 16 mai 1995, p. 10.

Sophie Shihab, « Les élections en Biélorussie entraînent l'indépendance limitée à l'égard de Moscou »

«...les candidats pour les 260 sièges du Parlement n'ont guère eu le droit de faire campagne, et Alexandre Loukachenko avait annoncé qu'il ne voterait lui-même pour aucun député « car, de toute façon, ils trahiront leurs promesses ». Pratiquement inconnu avant son élection à la présidence en juillet 1994 avec 80 % des voix, cet apparatchik de quarante ans avait fait campagne contre la corruption, pour un contrôle des prix et pour l'intégration des pays slaves de l'ex-URSS. Depuis, M. Loukachenko a mis les médias sous contrôle et lutté contre le Parlement, principalement contre sa petite minorité démocratique et nationaliste. (...) La campagne du président trouve un écho certain dans une République dont les habitants parlent russe à 90 % et restent échaudés par l'effondrement économique ayant suivi l'indépendance. Mais, pour plus de précautions, tout a été fait pour que les élections législatives soient occultées par le référendum présidentiel, auquel les députés, majoritairement communistes, avaient tenté en vain de s'opposer. »

Le Monde (France), 16 mai 1995, p. 3.

Gouvernance et gouvernement [ 14 mai 1995 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Belarus
LimitéAlexandre LoukachenkoMikhaïl Tchigir

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1985 - 2005



août
1991
Proclamation d'indépendance du Belarus

mai
1995
Élections et référendum au Belarus


Dans l'actualité


septembre
2017
L'alcoolisme : un problème alarmant au Belarus

février
2015
Le Bélarus : 20 ans de dictature plus tard...

février
2011
Élection en Biélorussie : une dictature tremble

novembre
2010
Élection présidentielle au Bélarus: le dernier « dictateur d'Europe » va-t-il tomber?

mars
2006
Un second mandat pour Loukachenko au Bélarus ?


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019