3 juillet 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Valeurs     Jeux   

11 janvier 2020

Premier décès d’une personne de la covid-19 à Wuhan, en Chine

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

À la toute fin de 2019, les autorités chinoises font savoir qu’une forme de pneumonie inconnue a été identifiée à Wuhan, en Chine. Il s’agirait d’une maladie à coronavirus, que l’on appellera la covid-19, qui se répand graduellement avant de faire une première victime, un Chinois de 61 ans, le 11 janvier 2020.

Une nouvelle forme de pneumonie se manifesterait dans les derniers mois de 2019 à Wuhan, en Chine. Des personnes gravitant autour d’un marché de poissons et d’animaux sauvages de cette ville de 11 millions d’habitants seraient les premières atteintes. À la toute fin de décembre, les autorités sanitaires chinoises diffusent cette information. Le 3 janvier, on fait mention de 44 cas, dont 33 qui sont sévèrement malades. Il n’y a cependant aucun décès et une transmission significative entre les humains n’est pas encore considérée. Les choses évoluent rapidement. Le 9 janvier 2020, les Chinois et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) confirment qu’il s’agirait d’une nouvelle maladie infectieuse à coronavirus (dont une couronne entoure le virus), qui sera éventuellement connue sous le nom covid-19. Le 11 janvier, celle-ci fait une première victime, un Chinois de 61 ans, assidu du marché de Wuhan, qui avait déjà des problèmes de santé. Les cas s’ajoutent, incitant la Chine, touchée en 2003 par la crise du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), à réagir énergiquement. Un hôpital est construit à la hâte alors que Wuhan ainsi que la province de Hubei, dont elle est la capitale, sont placées sous confinement. Les festivités du Nouvel An lunaire chinois, un événement populaire, sont même annulées. Néanmoins, d’autres décès s’ajoutent. La crise devient même mondiale, d’autres cas étant détectés à l’extérieur de la ChineThaïlande, Corée du Sud, États-Unis, etc. – avant que l’OMS ne qualifie la situation d’urgence internationale à la fin de janvier. Malgré les informations qui se multiplient, l’origine de la covid-19 reste difficile à cerner. Par exemple, différentes théories sont émises quant à l’animal responsable de sa transmission à l’humain. La crise a également une dimension politique, la Chine étant ciblée par d’autres pays pour le peu de transparence démontré dans ce dossier, voire sa responsabilité dans la propagation mondiale de la covid-19.

Dans les médias...


Anne-Sophie Leurquin, «« On doit être vigilants, mais pas inquiets »»

«...Le virus chinois a entraîné des maladies graves pour un quart des personnes infectées, estime l’OMS, tandis que parmi celles-ci, les personnes qui en sont décédées avaient un système immunitaire affaibli par une maladie préalable (diabète, hypertension, maladies cardio-vasculaires…). « Le taux de mortalité était de 10 % pour le Sras et de 30 % pour le Mers. Ici, on est à 3 ou 4 % de mortalité », relativise Michèle Gérard, cheffe de clinique en maladies infectieuses à l’hôpital Saint-Pierre. « Il ne faut pas oublier non plus qu’on ne voit que la partie immergée de l’iceberg, soit des personnes qui présentent des symptômes. Or, il y a peut-être des personnes porteuses du virus, mais asymptomatiques. Ce taux de mortalité pourrait donc encore être dilué. » Le virus est d’autant plus virulent qu’il atteint les patients dont l’immunité est fragilisée, comme avec une simple grippe. A ce propos, les médecins rappellent que l’épidémie de grippe est en train de démarrer chez nous [en Belgique]. Il vaut mieux se mettre en ordre de vaccin qu’acheter un masque. Et respecter de simples mesures d’hygiène (se laver les mains, protéger les autres quand on tousse ou éternue, changer de mouchoir régulièrement...). »

Le Soir (Belgique), 25 janvier 2020, p. 2.

Pia de Quatrebarbes, « Coronavirus chinois : vers une pandémie? »

«...Est-on à l'aube d'une épidémie mondiale ? L'Organisation mondiale de la santé s'y prépare. Depuis mercredi, un comité ad hoc est réuni à Genève, ville où siège l'organisation, pour décréter l'« urgence de santé publique de portée internationale ». Une mesure exceptionnelle qui n'a été prise que cinq fois en treize ans : H1N1 en Asie en 2009, la poliomyélite en 2014, Ebola en 2014 et à nouveau en 2019, et Zika en 2016. « Concrètement, cela signifie des mesures de restriction, notamment des déplacements internationaux. Ce n'est jamais pris à la légère », décrypte Patrick Zylberman, professeur émérite d'histoire de la santé. [...] Tout l'enjeu pour Sandrine Belouzard [chercheuse en virologie fondamentale] est de « comprendre ce qui s'est passé ». Les premiers cas se sont produits sur le marché au poisson du Wuhan où, en réalité, de très nombreuses autres espèces sont vendues. « En général, sur les coronavirus, il y a une rencontre entre l'animal réservoir et un autre animal hôte, le virus mute et se transmet à l'homme », précise le médecin épidémiologiste Éric d'Ortenzio. La contamination entre humains par « contact étroit » est désormais confirmée. Mais pas sa virulence... « C'est encore une inconnue, il faut observer la dynamique et l'évolution de l'épidémie », recommande-t-il. Les autorités chinoises redoutent une nouvelle mutation qui rendrait le virus plus agressif. »

l’Humanité (France), 24 janvier 2020, p. 14.

Simon Leplâtre, « À l’heure du coronavirus, la Chine à la difficile école de la transparence »

«...L'épidémie originaire de la métropole chinoise de Wuhan « réunit les caractéristiques propices à la circulation d'infox ou fausses informations: le manque d'informations sur les origines et la transmission de ce virus, une évolution rapide de la situation et un fort aspect émotionnel », observe le chercheur de l'Unil. Des ingrédients qui favorisent la création de fake news, qu'elles soient « politiques pour mettre à mal le gouvernement, pseudo-scientifiques pour expliquer les origines de ce virus ou même « ludiques » pour jouer à faire peur à la population » .Si les infox sur ce thème s'accumulent, c'est parce que le nombre de personnes contaminées et de pays concernés augmente. « L'objet même de la crainte évolue, ce qui ouvre la porte aux interprétations, résume le sociologue. Ce phénomène pourrait s'inscrire dans la durée. Les fausses nouvelles vont-elles muter en fonction des nouvelles connaissances? » Pour Olivier Glassey, leur large diffusion souligne le poids des fausses informations dans la société contemporaine: « Elles circulent, rapidement, et ce même en Chine malgré tous les moyens déployés par le gouvernement chinois pour contrôler les réseaux sociaux. »»

Le Temps (Suisse), 28 janvier 2020, p. 2.

Juliet Samuel, « Totalitarian China can’t help but lie about this virus »

«...Crucially, however, China is managing the Wuhan virus very differently from how it managed Sars in 2003. According to Peter Kellam, a virus professor at Imperial College, the most important factor in managing a pandemic is "sharing". This is hardly an area in which Chinese authorities have traditionally excelled, but for scientific purposes, both China and international institutions appear to have learnt from Beijing's disastrous attempt to cover up Sars. [...] In some ways, a totalitarian regime might be seen as uniquely well-suited for handling a pandemic. Quarantining a zone of some 30 million people, as China is attempting around Wuhan, has never been done elsewhere. Beijing's desire to build a surveillance network capable of tracking every single individual always and everywhere sounds like it might be useful in tracing infection. And Westerners are dumbfounded to hear that the city's authorities are erecting a new hospital within a week. Human adaptation to threat is not quite so straightforward, however. The desire for total control, and the illusion of having it, can be just as dangerous as it is efficient. On Monday, President Xi issued an edict commanding officials to put "safety and health" before all other objectives. Unfortunately, when you have built a political culture on lies and censorship, it is difficult to change the habits of a lifetime by decree. »

The Daily Telegraph (Royaume-Uni), 25 janvier 2020, p. 17.

Gouvernance et gouvernement [ 11 janvier 2020 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Chine
FaibleXi JinpingLi Keqiang

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 2015 - 2016



octobre
2015
Fin de la politique de l'enfant unique en Chine


Dans l'actualité


février
2020
Coronavirus : l'urgence est déclarée

novembre
2019
Chine : économie géante et corruption géante

octobre
2019
Beijing : un choix controversé pour la tenue des Jeux olympiques en 2022

octobre
2019
Hong Kong : la loi sur l'extradition déstabilise le gouvernement

octobre
2019
Alibaba : le géant chinois se sépare de son fondateur

avril
2019
Le nucléaire chinois avance à grands pas

mars
2019
La révolution sino-américaine et le piège de Thucydide

mars
2019
Persécution des musulmans en Chine

novembre
2018
Kim Jong-un et Xi Jinping : un partenariat sans faille?

octobre
2018
Le parti indépendantiste HKNP s'attire les foudres de Pékin


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019