Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

11 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

14 juin 1987

Élection en Italie d'un gouvernement dirigé par Giovanni Goria

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Giovanni Goria

La Démocratie chrétienne (DC) arrive en tête des formations représentées aux élections législatives italiennes avec 34,3% des voix. Elle obtient 234 sièges contre 177 pour le Parti communiste (PC) et 94 pour le Parti socialiste (PS).

En occupant la présidence du Conseil pendant plus de trois ans et demie entre 1984 et 1987, le socialiste Bettino Craxi a établi un record de longévité inégalé depuis la proclamation de la République, en 1946. Mais des différends entre les socialistes et la DC, notamment sur la question d'un référendum portant sur l'usage de l'énergie nucléaire, entraînent une rupture dans la coalition au pouvoir et le départ de Craxi. Les élections anticipées de juin 1987 sont marquées par une progression de la DC et du PS. Le grand perdant est le PC qui, même s'il demeure le deuxième parti en importance, derrière la DC, recule de façon significative dans les intentions de votes (26,6%) et les sièges (177) par rapport aux législatives de 1983. Dans le gouvernement dont il annonce la composition le 29 juillet, l'ex-ministre des Finances Giovanni Goria (DC), devenu président du Conseil, réunit la même coalition de cinq partis qui dirigeait le pays sous Craxi (PS, DC, sociaux-démocrates, républicains, libéraux). La DC y joue encore un rôle dominant avec la moitié des ministres.

Résultats du scrutin

Dans les médias...


S.A., « Reconduction »

«...Les électeurs transalpins ont clairement récusé deux « formules » de gouvernement. En premier lieu - et peut-être parce qu'elle suppose un minimum de drame alors que l'heure est plutôt à l'euphorie - celle de l'unité nationale, c'est-à-dire d'une alliance entre les deux premiers partis, la démocratie chrétienne et le PCI. L'époque où, dans la tourmente des années 70, les deux monstres de la politique italienne, guidés par Aldo Moro et Enrico Berlinguer, concluaient un historique compromis est bel et bien révolue. C'est le sens du grave revers que le corps électoral vient d'infliger au PCI et qui est le résultat le plus marquant de ce scrutin. (...) Les Italiens ont récusé aussi la formule dite « du centre gauche », c'est-à-dire une coalition entre la démocratie chrétienne et des partis laïcs dans laquelle la première reste maîtresse d'un jeu instable dont le style s'apparente à celui de la IVe République. Dans un pays où depuis plus de quarante ans le corps électoral est d'une très grande stabilité les échecs ou les victoires s'apprécient sur les marges, et les trois points grâce auxquels le Parti socialiste passe à 14,3% pèsent plus lourd, symboliquement, que les 34,3% de la démocratie chrétienne, qui ne progresse que d'un point et demi. »

Le Monde (France), 17 juin 1987, p. 1.

Paul-André Comeau, « Recul communiste en Italie »

«...À vrai dire, les électeurs italiens ont essentiellement signifié trois choses en se rendant aux urnes. Ils ont d'abord confirmé leur préférence pour le type de coalition pratiquée jusqu'au déclenchement de la crise. Ce « gouvernement à cinq » a même établi un record de longévité sous la direction du leader socialiste Benito Craxi : il a été aux affaires durant trois ans et demi, du jamais vu à Rome. Aussi n'y a-t-il aucune surprise à voir et le Parti socialiste et la Démocratie chrétienne - les deux partenaires majeurs au sein de cette coalition où l'on retrouvait aussi les partis libéral, républicain et social démocrate - sortir grands vainqueurs de ce scrutin. Il reste maintenant aux leaders de ces deux partis à reprendre leur dialogue rompu de façon byzantine sur un double fond de promesse rompue et de référendum appréhendé sur le nucléaire et la réforme de la justice. Devant la popularité confirmée de M. Craxi, les chrétiens-démocrates tenteront par tous les moyens de barrer la route à celui qui est considéré comme l'homme fort de la politique italienne. »

Le Devoir (Québec, Canada), 18 juin 1987, p. 10.

Frederick Painton et al., « Worries About a Difficult Summer »

«...If there was one outstanding result, it belonged to the Socialists, whose 2.9% gain in the popular vote, to 14.3% and 94 seats in the Chamber of Deputies, was proportionally the biggest increase of the election. The outcome assured Craxi, as the leader of the country's third largest party, of a crucial role in the formation of the next government. Craxi had campaigned on his record as Prime Minister, a period during which inflation sank from 16% to below 5%, and Italy, according to government statistics, overtook Britain as the world's fifth-ranking industrial power. He was in charge at a time when Italian entrepreneurs and innovators began to flourish. Even the Christian Democrats conceded the extent of Craxi's achievement. (...) (Senator Francesco) D'Onofrio noted that, contrary to some expectations, the voters did not punish the two parties whose quarrels over power had provoked the election. Instead, of the partners in the old coalition, it was the three smaller parties - the Republicans, Liberals and Social Democrats - that suffered the most at the hands of the voters. »

Time (États-Unis), 29 juin 1987, p. 28-29.

Gouvernance et gouvernement [ 14 juin 1987 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Italie
ÉlevéFrancesco Maurizio CossigaAmintore Fanfani

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1982 - 1992



juin
1983
Élection en Italie d'un gouvernement dirigé par Bettino Craxi

juin
1983
[Résultats] Élections législatives

février
1986
Ouverture du Maxi-procès contre la mafia italienne

juin
1987
Élection en Italie d'un gouvernement dirigé par Giovanni Goria

juillet
1987
[Résultats] Élections législatives

juin
1989
Tenue d'élections au Parlement européen

avril
1992
Élection en Italie d'un gouvernement dirigé par Giuliano Amato

avril
1992
[Résultats] Élections législatives


Dans l'actualité


septembre
2018
Les 60 ans du décès du pape Pie XII : se souvenir ou oublier?

septembre
2018
L'Italie en voie de remonter la pente

février
2018
Mort de Salvatore Riina : la perte d'une figure emblématique de la mafia sicilienne

février
2018
Vatican : l'entrée au paradis du blanchiment d'argent

février
2018
Saint-Marin : d'un paradis fiscal prospère à un État endetté

octobre
2017
Victoire difficile pour le nouveau président du Parlement européen Antonio Tajani

mars
2017
Limogeage du grand maître de l'Ordre de Malte

février
2017
Crise de la dette publique : l'Italie rattrapée par les décisions du passé

octobre
2016
Élection de Virginia Raggi : renouvellement des élites italiennes?

septembre
2016
L'union civile sépare l'Italie


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016